Blablas – Recruter pendant le confinement.

A l'image de Livaï Ackerman, choisi pour illustrer cet article (pour ceux qui ne le connaissent pas, il s'agit d'un personnage du manga l'Attaque des Titans. C'est un combattant hors pair, le "meilleur de l'humanité"! Rien que ça!), j'ai l'impression de "combattre" depuis le mois de mars 2020. Combattre dans une guerre un peu fourbe, car contre un ennemi invisible ! Un ennemi qui nous a enlevé notre "vie normale", nous a coupés de nos proches, enfermés chez nous, rendus parfois malades et dont le départ définitif commence clairement à se faire plus que désirer !

Me revoilà dans un nouvel article après une looooongue période d’absence !

En effet, 2020 a été une année particulièrement mouvementée et je pense que nous l’avons tous plus ou moins « subie ». Et malheureusement, les conditions ne s’améliorent pas tant que ça !

A l’image de Livaï Ackerman, choisi pour illustrer cet article (pour ceux qui ne le connaissent pas, il s’agit d’un personnage du manga l’Attaque des Titans. C’est un combattant hors pair, le « meilleur de l’humanité »! Rien que ça!), j’ai l’impression de « combattre » depuis le mois de mars 2020. Combattre dans une guerre un peu fourbe, car contre un ennemi invisible ! Un ennemi qui nous a enlevé notre « vie normale », nous a coupés de nos proches, enfermés chez nous, rendus parfois malades et dont le départ définitif commence clairement à se faire plus que désirer !

Dans ces conditions, il est déjà difficile de garder le moral et la motivation ! Et au niveau professionnel, encore plus ! Evidemment, les ressentis sont propres à chacun. Si de mon côté, la solitude n’est pas forcément synonyme d’anxiété et de difficulté, pour beaucoup de personnes, ne plus voir ses collègues, aller au bureau, partager des moments « sociaux » est quelque chose de particulièrement compliqué à gérer (et je peux comprendre !).

Et qu’en est-il du côté RH? Comment recruter dans une période où tout est chamboulé ? Où changer d’emploi sonne plutôt comme une folie que comme une opportunité géniale ?

Et bien, c’est difficile !

Le télétravail
En ce qui concerne le télétravail, les ressentis diffèrent beaucoup selon les personnalités. En échangeant avec de nombreuses personnes, j’ai pu constater que, majoritairement, il était subi. Si en « temps normal » on le vit plutôt comme un privilège, il est vite devenu synonyme d’isolement et de solitude. En effet, voir ses collègues exclusivement sur Zoom ou Teams est vite lassant, même si certaines sociétés tentent au maximum de rendre ces plus ludique ou agréable en organisant des évènements « virtuels ». Mais cela peut effectivement devenir pesant, surtout si l’on vit seul(e). De mon côté, je vis plutôt bien le télétravail et j’ai appris à « faire avec ». De plus, dans ma société, les collaborateurs qui souhaitent revenir au bureau de temps en temps y sont autorisés.

Aller au bureau
Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais de mon côté cela fait plus d’un an que j’ai un peu l’impression d’avoir un bureau « fantôme ». Il y a toujours très peu de monde, voire personne et on se demande finalement s’il ne valait pas mieux rester chez soi ^^Mais quand on retrouve certains collègues, c’est tout de même agréable de passer un moment à discuter avec des personnes autres que … mon chien ! (en plus, avec lui c’est un monologue à sens unique.)

Les entretiens
C’est pour moi le point le plus difficile du métier de recruteur : ne plus pouvoir faire d’entretiens « en vrai ». Personnellement, c’est l’aspect de cette profession qui me plaît le plus. Le fait de pouvoir échanger, de découvrir tous types de profils et d’en ressortir grandi(e), quelle que soit l’issue de l’entretien. A l’heure actuelle, les entretiens se font la plupart du temps en Visio ou par téléphone, et je trouve que c’est frustrant. Cela enlève le côté « chaleureux » des entretiens.

Le mercato des candidats
Je ne sais pas ce qu’il en est du côté de mes confrères recruteurs IT, mais au début de la pandémie, tout le monde s’est dit que les multitudes de personnes en free-lance allaient faire le choix de revenir au salariat.

QUE NENNI.

Au contraire, de plus en plus de personnes se sont tournées vers ce statut. Et de plus en plus de personnes ont également choisi de quitter l’île-de-France. Compliqué de s’y retrouver, donc ! La chasse aux candidats s’est donc officiellement ouverte et il faut aujourd’hui se battre face aux concurrents, et redoubler d’efforts pour obtenir des profils de qualité.

En conclusion
Et bien ce/cette Covid (j’ai du mal à me résoudre à dire « la Covid », navrée) nous ennuie beaucoup. Nous craignons pour notre santé, celle de nos proches, nous sommes limités dans nos distractions, nos sorties. Et en plus, le métier de recruteur devient compliqué ! Alors rassurez-vous, je ne me plains pas, car je suis en bonne santé et c’est l’essentiel. Mais j’espère de tout mon coeur que nous pourrons rapidement avoir des jours meilleurs, nous retrouver, partager des moments en groupe et surtout, éradiquer ce foutu virus définitivement !

En attendant, prenez soin de vous ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *